Guide d’achat : comment bien choisir votre établi ?

Guides d'achat

Primordial pour la sécurité, le confort, et l’efficacité de vos équipes : on vous dit tout pour bien le choisir

Le choix d’un établi ne semble pas très compliqué et vous avez déjà une idée de ce qu’il vous faut. Mais avez-vous pensé à tout ? Comment sera-t-il utilisé ? Par qui ? Et avec quels accessoires ? Passons en revue tous les critères importants pour choisir sereinement cet élément primordial pour la sécurité, le confort, et l’efficacité de vos équipes.

La mobilité

Si vous devez le déplacer, choisissez un établi mobile, à roulettes. Gardez en tête que les freins de sécurité ne suffisent pas à le stabiliser pour des travaux de force. Il faudra également trouver un compromis entre sa solidité (charge possible) et son poids, qui peut s’avérer contraignant lors des déplacements.

Les établis fixes sont bien sûr plus stables, avec des charges maximales plus élevées, et peuvent être fixés au sol. Et les modèles basiques ou simples tables d’atelier ? Ils sont parfaits pour les travaux élémentaires : dessins de plans à main levée et autres activités manuelles…

La position de travail

Les établis à hauteur fixe devraient être réservés à des travaux assis, pour lesquels la position ergonomique est obtenue par le siège.

Les établis à hauteur réglable peuvent être utilisés quelle que soit la position de travail. La grande majorité demandent cependant quelques minutes pour être ajustés, à l’aide d’outils simples. Assurez-vous également avant l’achat des hauteurs minimales et maximales, ainsi que du « pas » des réglages.

Le top de l’ergonomie ? L’établi motorisé. Un simple bouton permet de régler instantanément (ou presque) sa hauteur. Certains proposent même la mémorisation de plusieurs hauteurs.

Homme travaillant sur son établi

L’activité

Trois critères techniques dépendent étroitement de l’activité réalisée sur les établis.

  • La charge maximale :

    L’indicateur principal de la solidité. Jusqu’à 150 kg pour les usages occasionnels ou légers ; 500 kg à 1 500 kg pour les travaux fréquents avec des objets lourds ; et plus d’1,5 t pour les pratiques intensives (et si vous tapez vraiment très fort !).

  • Le matériau du plateau :

    • Hêtre massif : pour la mécanique lourde car il résiste aux chocs, et aux poids élevés.
    • Hêtre multiplis: pour la mécanique et l’électro-mécanique. Résistant à l’eau jusqu’à 80 °C.
    • Arphénol : solide et facile à nettoyer, ce bois recouvert d’un revêtement à base de résine phénolique ne craint ni l’eau, ni l’huile, ni les graisses, et même pas l’acide. Idéal pour la mécanique, la métrologie, les laboratoires…
    • Stratifié : particulièrement résistant à l’abrasion et à la perforation, ce bois haute densité (comprimé) revêtu d’une plaque de stratifié (inventé par l’américain Formica !) fait merveille pour les travaux électriques, d’assemblage, et de laboratoire.
    • Linoleum : pour l’assemblage, la mécanique de contrôle, et les travaux de laboratoire, le « lino » s’avère confortable au toucher tout en étant facile à entretenir, et résistant aux liquides usuels (solvants, huiles…).
    • Polyrey : antistatique grâce à son stratifié conducteur pouvant être mis à la terre, c’est l’incontournable de l’électronique.
    • Glasal : son revêtement minéral (amiante-ciment recouverte d’émail vitrifié) résiste à la brûlure d’un fer à souder. Idéal pour l’électronique ou l’électricité.
    • Inox: le roi de l’hygiène pour l’industrie agro-alimentaire.
  • Les rangements intégrés :

    • Loin d’être des accessoires, ils doivent être parfaitement adaptés à votre métier. Pensez donc à vérifier :
    • La taille et le nombre des compartiments.
    • La position des bacs, tiroirs et étagères : sous l’établi, en crédence.
    • L’éventuel besoin de modularité : compartimentage flexible pour tiroir, plaques perforées.
    • Le choix des caissons et tiroirs selon :
      • Le poids des objets et outils à stocker : sur pieds ou socle pour les plus lourds ; suspendus pour l’appoint.
      • Les besoins en fermetures : une serrure par tiroir (multi-utilisateur par exemple), ou une serrure centralisée.
      • Diverses fonctionnalités comme la possibilité d’apposer des étiquettes, de changer les caissons de côté (et le sens d’ouverture des portes), d’ouvrir les tiroirs à 100 %…

Et n’oubliez pas de :

  • Vérifier que votre futur établi pourra recevoir les accessoires et équipements nécessaires à votre métier : étaux, supports spécifiques, bases aimantées…
  • Toujours être vigilant lors du montage : chaque rondelle a son importance dans la solidité de l’ensemble !
  • Et bien sûr, vous assurer de la sécurité du personnel. Certains modèles par exemple évitent les vis et boulons saillants – autant de risques de petits (ou gros) bobos en moins pour vos équipes.

Retrouvez nos conseils et sélections pour équiper votre atelier en cliquant ici.