Le retour en force du Made in France

Hygiène

En progression depuis quelques années, le Made in France fait l’objet d’un véritable plébiscite sous l’effet de la crise sanitaire. En plus d’être un levier d’optimisation et de sécurisation des achats, il constitue un rouage majeur de l’économie circulaire. Il intègre pleinement la démarche RSE des entreprises.

Publiée avant l’épisode pandémique du covid-19, l’édition 2020 de l’étude AgileBuyer – CNA , qui présente chaque année les tendances et les priorités des directions achat, faisait déjà la part belle au Made In France et à l’achat local.

Priorité au Made in France

Dès cet hiver, 54 % des acheteurs considéraient le Made in France comme un critère d’achat à part entière. En constante progression depuis plusieurs années (31 % en 2017, 43 % en 2018, 53 % en 2019), ce chiffre est clairement appelé à augmenter dans les mois à venir. Il suffit d’une rapide recherche sur le service Google Trends pour constater que le terme « relocalisation » n’a jamais été autant recherché sur les moteurs de recherche qu’au cours des dernières semaines. A en croire les sondages, 92 % des Français seraient ainsi en faveur de la relocalisation des entreprises industrielles. 93 % d’entre eux souhaitent également systématiser la mention d’un label pour identifier les produits 100 % « Made in France » ou « Made in Europe » .

Prime à la territorialité et aux circuits courts

Ce succès du Made in France lié au contexte pandémique ne fait que confirmer une tendance de fond. Lors de la dernière étude AgileBuyer – CNA, la territorialité étaient déjà perçue comme un axe incontournable de contribution à la stratégie globale de l’entreprise. Avant la crise sanitaire, 31 % des entreprises avaient mis en place des indicateurs pour suivre la part globale occupée par les achats Made In France dans l’ensemble de leurs approvisionnements. Sans doute plus significatif encore, avant même que n’apparaisse la difficulté causée par la pénurie de masques, 84 % des entreprises voyaient dans la relocalisation de leur production un moyen de sécuriser leurs processus d’approvisionnement. 50 % visaient également une amélioration du Time to market , ainsi qu’une réduction du coût des achats (39%), une amélioration de la qualité (31 %) ou la limitation des impacts environnementaux (30 %).

Made in France et économie circulaire

Le Made In France apparaît également comme un levier pour renforcer l’action RSE de l’entreprise. Pour Jean-Luc Baras, le président du Conseil National des Achats (CNA), les acheteurs « sont maintenant attendus sur l’innovation et les enjeux du développement durable » . L’objectif est clairement d’identifier des critères clés pour des achats responsables. 49 % des acheteurs font aujourd’hui de l’impact écologique des achats un critère de choix déterminant. Plus significatif encore, 52 % des directions achats considèrent la réduction de l’empreinte carbone comme la première contribution des achats à la stratégie de l’entreprise. De manière générale, les directions achats repensent aujourd’hui l’intégralité de leur supply chain pour limiter au mieux les émissions de gaz à effet de serre au moment du transport.

Sans compter que depuis la promulgation de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire le 10 février 2020, les entreprises sont encouragées à optimiser la gestion des ressources et à développer un modèle de production circulaire plutôt que linéaire. L’économie circulaire est fondée sur le principe de cycle de vie des produits, des services, de matériaux, des déchets, de l’eau et de l’énergie. Son objectif est de limiter le gaspillage des matières premières et des ressources naturelles. A travers le Made in France, la relocalisation de l’économie, parce qu’elle suppose également de repenser l’approvisionnement en matière première, participe pleinement à cette dynamique.

En s’engageant à optimiser les achats de ses clients, Manutan fait sienne cette ambition. Selon nous, travailler mieux revient aussi à acheter mieux. Cela suppose de créer des conditions d’achats responsables, capables de répondre aussi bien aux enjeux de création de valeurs des entreprises qu’à notre responsabilité collective face à l’impact environnemental et sociétal de nos activités.

Retrouvez toute la sélection pour le Bien-Travailler :

Suivre MANUTAN sur